REVUE DE PRESSE

Libération

11 décembre 2015


Trouver un logement chauffé, obtenir des chaussures, vendre sa ration de hareng, c’est à quoi un écrivain pouvait passer ses journées en 1920, à Moscou. Les souvenirs de Khodassévitch, poète surtout connu en France pour avoir été le compagnon de Nina Berberova, se distinguent par le récit d’une expérience de fonctionnaire auprès d’un tribunal d’arbitrage. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, l’arbitre à la solde des bolcheviks était chargé de prendre ses décisions en faveur du patronat, en laissant croire aux ouvriers qu’ils pouvaient réclamer ce qu’ils voulaient. Superbes évocations d’avant et après la Révolution, et deux visites : le «couloir blanc» du Kremlin en compagnie de la sœur de Trotski, épouse de Kamenev, et du Palais des Arts de Saint-Pétersbourg, aussi peuplé en 1920-1922 de figures extraordinaires que le Chelsea Hotel new-yorkais des années 60.


http://www.franceculture.fr/emissions/le-temps-des-libraires/le-couloir-blanc-de-vladislav-khodassevitch-par-la-librairie-l