Guy de MAUPASSANT


(1850-1893)









Fils de Gustave de Maupassant et de Laure Le Poittevin, une grande amie de Gustave Flaubert, le jeune Guy passe une partie de son enfance à Etretat. Pensionnaire à Yvetot, puis élève au lycée de Rouen, il commence très tôt à écrire de la poésie. En 1869, il s'installe à Paris pour y faire des études de droit, vite interrompues par la guerre de 1870 dans laquelle il s'engage comme volontaire.

Après la guerre, il travaille au ministère de la Marine, puis à celui de l'Instruction publique, et publie ses premiers textes en prose sous des pseudonymes en 1875 et 1876. Il souffre déjà de la syphilis qui l'emportera quelques années plus tard. De 1872 à 1880, il s'adonne avec passion au canotage sur la Seine ainsi qu'à la chasse.

Une profonde amitié le lie à Gustave Flaubert, qui l'a pris sous sa protection et lui prodigue des conseils. C'est grâce à son mentor qu'il fréquente de nombreux écrivains, qu'il rencontre Émile Zola, les frères Goncourt, Tourguéniev.

La mort de Flaubert, en 1880, marquera un tournant dans sa vie. Il lui consacrera plusieurs articles, que nous avons réunis sous le titre Sur Flaubert, ou l'âme des mots.

La même année paraît dans Les Soirées de Médan, un recueil collectif d'écrivains naturalistes, la nouvelle « Boule de suif » qui marque le début de sa célébrité.

Les années de 1880 à 1890 seront pour lui les plus fécondes. Il publie six romans, plusieurs centaines de nouvelles ainsi que des récits de voyage (croisières sur son bateau, le Bel-Ami, voyages en Tunisie, en Algérie, en Belgique).

Durant les dernières années de sa vie, il est sujet à des hallucinations et à des crises de paranoïa. À la suite d'une tentative de suicide en 1892, il est interné dans la célèbre clinique d'Émile Blanche, où il meurt paralysé quelques semaines avant son quarante-troisième anniversaire.